Concevoir un site comme celui-ci avec WordPress.com
Commencer

The Promised Neverland T.12 : Le son du commencement – Kaiu Shirai / Posuka Demizu

Résumé

Décidés à délivrer l’ensemble des enfants prisonniers des fermes et à conclure une nouvelle promesse, Emma et les siens se mettent en quête des « Sept Murs » ! Grâce aux informations dont ils disposent, ils partent pour Cuvitidala où une étrange révélation les attend… Mais au même moment, Peter Ratri qui a découvert la destruction de Goldy Pond, lance ses hommes sur leur piste !

Avis

Leuvis vaincu et le terrain de chasse de Goldy Pond détruit, les enfants et leurs nouveaux alliés retrouvent la vie au refuge B06-32 dans ce douzième tome de The Promised Neverland. À peine remise de ses blessures, Emma est déjà prête à repartir à la recherche du mystérieux dragon de Cuvitidala.

Je retrouve le manga après une longue pause observée en raison de la monumentale déception causée par l’arc de Goldy Pond et la tournure bisounours prise par l’intrigue, avec tous les personnages qui s’en sortent grâce à leur courage et au pouvoir de l’amitié, bien loin de l’atmosphère sombre et oppressante des premiers tomes.

Je dirais que, ayant tiré une croix définitive sur mes illusions, la relecture à laquelle je me suis adonnée a été moins désagréable que ma découverte originelle, et je me suis donc lancée dans ce douzième tome résignée… ce qui ne m’a pas empêché de le trouver encore moins bon que les précédents. (Avertissement : cette chronique est ponctuée de légers spoilers.)

Ce n’est même plus le changement de ton et d’ambiance qui m’a rebutée, mais le changement de format. Alors que beaucoup d’évènements se sont déroulés sur un laps de temps très court depuis l’évasion de Grace Field, l’intrigue avance désormais à grands coups d’ellipses assez confuses.

Tandis que tous les autres restent au refuge, un groupe de six personnages, mené évidemment par Emma et Ray, part en quête de Cuvitidala, un endroit énigmatique situé à une cinquantaine de jours de marche du point B06-32, où ils rentrent aussi sec afin de se mettre en quête du lieu suivant.

Lieu suivant que le même groupe de six va chercher (en vain) pendant plus d’un an, se rapprochant dangereusement de l’échéance qu’ils se sont fixée pour retourner à Grace Field délivrer Phil et les autres enfants qu’ils ont laissés derrière eux. Sachant qu’ils ont tous grandi, et surtout qu’ils ont grossi leur effectif avec les survivants de Goldy Pond, ils ne pouvaient pas former plusieurs équipes d’exploration ?

Ah non, c’est vrai, il ne faut pas voler la vedette à Emm… Pardon, il fallait rester pour défendre le refuge et les plus jeunes (et quelle défense efficace, comme on peut le constater dans les dernières pages ! C’était vraiment utile de laisser en permanence cinquante-sept personnes sur place). D’ailleurs, quel heureux hasard qu’ils ne soient localisés qu’une fois l’objectif d’Emma et cie atteint…

Après l’heureuse rencontre avec Sonju et Mujika (qui détient pile le collier utile à Emma), le stylo ex machina, Adam qui change de numéro à réciter pour repousser la découverte de la survie de Norman…, les facilités scénaristiques se poursuivent, avec pour seule logique celle de faire avancer (grossièrement) l’intrigue.

Et Norman, parlons-en. Je ne vois toujours pas l’intérêt de l’avoir réintroduit si tôt. La platitude des scènes où il apparaît rend d’autant plus frustrant le coup de théâtre qu’aurait pu constituer l’annonce de sa survie si elle avait été mieux traitée.

Il y a tout de même quelques points positifs à concéder à ce tome. On en apprend un peu plus sur le devenir des enfants restés à Grace Field, et j’ai beaucoup aimé le traitement de Phil, ainsi que le parallèle établi avec Ray. Le village des démons est également une bonne idée, j’ai apprécié cette immersion, quoique trop brève, dans leur univers quotidien. Au fond, ils ne sont pas si différents des humains (à ceci près qu’ils s’en nourrissent, mais les humains ne se nourrissent-ils pas eux-mêmes d’animaux ?) Déjà que j’avais adoré Bayon et Leuvis, ils continuent d’attiser mon intérêt.

Les dessins sont aussi à souligner, on lit subtilement sur le visage des protagonistes les mois qui se sont écoulés entre le début et la fin du tome, et leur gain de maturité. C’est en tout cas plus réussi que Lucas et Yugo, qui depuis le début me font davantage l’effet de quadragénaires que de la trentaine d’années qu’ils sont censés avoir.

Et surtout… Enfin des morts du côté d’Emma et cie ! Des morts que nous appellerons Random 1 et Random 2, puisqu’ils font partie de la quarantaine de figurants dont je ne me suis cassé la tête à retenir les noms, mais ça a en fait toujours deux de plus que lors de la grande bataille contre les terribles démons de Goldy Pond, joie ! (Non, ce n’est pas tant mon sadisme naturel qui s’exprime qu’un souci de crédibilité auxquels les mangakas ne semblaient plus trop attacher d’importance.)

En revanche, le sacrifice qui s’ébauche en fin de tome me paraît pour sa part superflu, d’autant qu’il n’était pas censé y avoir un moyen de faire exploser le refuge ? Et ce ne serait pas le moment opportun, avec tous les ennemis dedans ? Parce qu’il y a un léger équilibre à trouver entre « pas de morts du tout alors que ce serait cohérent » à « tuer des personnages pour tuer des personnages »…

En conclusion, je dirais que ce tome est paradoxalement plein de nouveaux éléments, et en même temps extrêmement vide. Encore une fois, c’est la même clique qui fait avancer l’intrigue pendant que les autres se contentent d’exister dans leur coin, alors que toute cette histoire de Cutividala, de temple, d’eau dorée, du démon au nom imprononçable… auraient mérité un bien meilleur développement.

Enfin, pourquoi je me fatigue à attendre encore quelque chose de The Promised Neverland, je me le demande ! Il faut croire que, malgré ce que j’ai dit en début de chronique (et le fait que j’ai les vingt tomes dans ma PAL), je suis encore dans le déni.

Note : 3 / 5

Publicité

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Site Web créé avec WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :