Les tribulations d’Esther Parmentier, sorcière stagiaire T.1 : Cadavre haché, vampire fâché – Maëlle Desard

Résumé

Esther Parmentier, 19 ans, a quitté sa Bretagne natale pour un stage à Strasbourg dans une société informatique quand elle est repérée par l’Agence de Contrôle et de Détection des Créatures Surnaturelles. Car Esther est une sorcière. A peine remise de cette découverte, et des tests visant à déterminer ses capacités, Esther apprend qu’elle n’a pas plus de pouvoirs qu’une allumette mouillée. Sa note sur l’échelle des pouvoirs est historiquement basse : 2 sur 82. Mais Esther est dotée d’un caractère de cochon, de solides capacités de déduction et est capable de résister aux pouvoirs de séduction des Créatures. Malgré son faible score, l’Agence décide donc de l’embaucher comme stagiaire. Seul bémol à cette nouvelle vie trépidante au sein d’une Agence où Esther côtoie un loup-garou alpha, une sorcière surpuissante, un djinn séducteur, une goule affamée, un fantôme accro aux jeux de rôle, elle va devoir faire équipe avec l’agent Loan, désagréable mais néanmoins très séduisant vampire, qui la considère de haut. Il va pourtant bien falloir qu’ils collaborent, car l’affaire du Ghost Challenge affole l’Agence : des adolescents disparaissent régulièrement et sont transformés en vampires. Un mouvement séparatiste au sein des Créatures serait à l’origine de ces mutations…

Avis

Cadavre haché, vampire fâché est le premier tome de la saga Les tribulations d’Esther Parmentier, sorcière stagiaire, située à mi-chemin entre la fantasy et le policier, le tout agrémenté d’une grosse dose d’humour. En effet, Esther passe de stagiaire pour une entreprise ennuyeuse à stagiaire pour l’ACDC, un organisme en lien avec les Créatures, dont elle découvre faire partie en tant que sorcière.

Tout d’abord, merci à Babelio et aux éditions Rageot pour l’envoi de ce roman. Ce fut une agréable découverte, et j’ai pris beaucoup de plaisir à le lire. J’ai eu un véritable coup de cœur pour le personnage de Mozzie, ce fantôme accro aux technologies est vraiment adorable.

Les autres sont sympas, mais ils se démarquent moins, je trouve, et l’attachement n’est pas autant au rendez-vous. Esther, par exemple, est loufoque et pleine d’autodérision, mais j’ai trouvé qu’elle avait tendance à en faire trop. Elle est stagiaire, elle débarque de nulle part, mais elle passe son temps à échanger des piques avec des individus qu’elle connaît à peine et qui sont dotés de facultés telles qu’il vaudrait mieux éviter de les agacer quand on tient à sa peau. Peut-être est-ce ma timidité qui s’exprime, mais à sa place, j’aurais été un peu plus dans mes petits souliers, au moins dans un premier temps.

D’ailleurs, en faire trop n’est pas le propre d’Esther, mais du roman en lui-même. Comme c’est le premier livre de l’auteur, je suppose que l’on peut mettre cela sur le compte de son enthousiasme ou quelque chose de similaire, mais j’ai trouvé qu’on était souvent dans la démesure.

Le bagou d’Esther, ses sempiternelles chamailleries avec l’agent Loan, les rebondissements qui s’enchaînent parfois très vite (surtout dans la dernière partie, il a fallu que je ralentisse un peu le rythme de ma lecture pour être sûre de bien suivre), les acronymes qu’on finit par mélanger, les références…

Je m’attarderai notamment sur ces dernières, car si elles m’ont fait sourire au début, elles m’ont ensuite paru trop nombreuses. J’ai eu la chance de les connaître pour la plupart, qu’il s’agisse d’Esther la Cracmol ou de Mireille, la sorcière qui semble sortie tout droit des studios Ghibli, mais je plains ceux pour qui ce ne serait pas le cas, car ce livre en regorge.

Parlons d’ailleurs de l’aspect « cracmol » d’Esther. Au début, l’idée d’une héroïne qui, pour une fois, n’aurait absolument rien pour elle, m’a paru sympa et originale, car généralement, dans les histoires, le protagoniste est l’exception (celui qui va avoir des capacités qu’il n’est pas censé posséder, celui qui est l’élu de telle ou telle destinée…), or finalement, c’est aussi le cas d’Esther. Elle est sorcière de niveau 2 (sur une échelle de 82, la plus basse étant zéro), mais elle est capable de résister à différentes formes d’envoûtement, ce qui ne semble pas être à la portée de n’importe qui.

Je me doute que des révélations surviendront au sujet des origines et des compétences d’Esther au fil des tomes, mais voilà, j’ai été un peu déçue qu’elle ait quand même « le truc » qui la démarque, d’autant qu’elle se révèle en plus de cela être une analyste hors-pair, résolvant ainsi presque à elle seule tous les mystères de l’enquête grâce à sa connaissance de la pop culture.

Je suppose que cette critique peut paraître négative, étant donné tous les points que je relève, mais c’est une lecture que j’ai sincèrement apprécié en dépit de ces petits reproches. Elle est divertissante et entraînante, et je lirai probablement le prochain tome lorsqu’il sortira. J’espère juste que l’auteur nous épargnera une romance entre Esther et l’agent Loan…

Encore merci à Babelio et aux éditions Rageot pour cette sympathique découverte !

Note : 3.5 / 5

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

Créer un nouveau site sur WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :