A comme Association T.6 : Ce qui dort dans la nuit – Erik L’Homme

Résumé

Lorsque Jasper se décide enfin à revenir à l’Association, il trouve porte close. Entre de faux Agents qui traquent un sorcier joueur de tambour dans le métro et de vrais vampires qui organisent une fête sanglante dans un manoir de banlieue, il n’a pas le temps de s’étonner. Accompagné de son fidèle sortilège Fafnir et d’Ombe qui lui prodigue toutes sortes de conseils bizarres, Jasper mène l’enquête…

Avis

Les (més)aventures de Jasper se poursuivent dans Ce qui dort dans la nuit, le sixième tome de A comme Association. Convoqué au bureau après avoir tué le meurtrier d’Ombe, il trouve cependant porte close et entreprend de suivre des Agents en mission, ce qui lui vaut de foncer droit vers de nouveaux ennuis.

Cette saga avait réussi à monter dans mon estime grâce au tome précédent, mais mon intérêt est retombé avec celui-ci. Les soupçons que j’ai commencé à nourrir à propos de la véritable nature d’Ombe et de Jasper dans Là où les mots n’existent pas tendent à se confirmer dans ce volume, mais globalement, je n’ai pas trouvé qu’il s’y passait grand-chose.

Après le Sphinx, c’est au tour de Walter de se volatiliser, laissant mademoiselle Rose seule à la tête du bureau parisien de l’Association, qu’elle peine à garder sous contrôle. J’ai bien aimé ses interactions avec le démon, mais les zones d’ombres qui les entourent, ses collègues et elle, persistent toujours. Le fait d’avoir son point de vue ne nous en apprend guère plus à leur sujet.

Une fois encore, tout se déroule très vite, et trop facilement. Grâce à Fafnir, Jasper obtient toutes les informations (ou presque) qu’il désire, sans la moindre difficulté. Quant aux situations périlleuses, elles se résolvent sans jamais représenter un véritable obstacle. Je me doute que cela est lié au mystère qui entoure le protagoniste, mais à aucun moment je n’ai craint pour sa vie. Je savais d’avance qu’il s’en sortirait, et même qu’il réussirait, quoi qu’il entreprenne.

En ce qui concerne le nouveau personnage, Nina… Je ne l’aime pas, mais alors pas du tout. Je sais que j’ai fini par m’habituer à Jasper, en dépit de la mauvaise impression initiale qu’il m’avait laissée, mais là, c’est différent. Elle est si versatile que c’en est presque incohérent, et surtout insupportable. D’une page à l’autre, elle passe d’une fille terrifiée et bouleversée à une capricieuse autoritaire pouvant se montrer très entreprenante… Visiblement, elle est sous le choc de ce qu’elle a vécu, mais juste quand cela l’arrange.

Enfin, je ne comprends pas pourquoi Jasper n’a pas tenté de joindre mademoiselle Rose avant d’oublier (que serait un tome d’A comme Association sans un personnage pour oublier quelque chose d’indispensable ?) son téléphone au café. Pourquoi ne l’a-t-il pas appelée au lieu d’attendre des heures durant devant le bureau où personne ne lui a ouvert, alors qu’il est prêt à le faire une fois, évidemment, qu’il ne peut plus ?

Je n’irais pas jusqu’à dire que je n’aime pas cette saga, je l’apprécie en tout cas plus qu’au départ, mais mon sentiment de frustration, lui, ne me quitte pas. J’ai l’impression qu’il y avait matière à développer un univers vraiment fascinant, or je trouve qu’il n’est absolument pas creusé, comme si l’auteur (les auteurs, à la base) se contentait de bâtir le récit sur des bribes. Vraiment dommage !

Note : 3 / 5

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

Créer un nouveau site sur WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :