Concevoir un site comme celui-ci avec WordPress.com
Commencer

Les contes interdits : Boucle d’Or – Yvan Godbout

Résumé

Une fillette égarée dans un monde qu’elle ne reconnait pas. Un papa ours dissimulant peut-être l’horrible croquemitaine. Une maman ourse tourmentée cherchant à protéger ses petits. Un ourson prisonnier d’un cauchemar débuté bien avant sa naissance. Une âme vengeresse n’ayant pas dit son dernier mot.

Avis

Ce Boucle d’or est un conte interdit, une réécriture noire et sanglante de l’histoire d’origine. Une petite fille perdue et sans souvenirs se réfugie dans une maison, habitée par ceux qu’elle surnomme « la famille ours ». Qui sont-ils ? Et, surtout, qui est-elle ?

J’ai beaucoup hésité quant à la façon dont j’allais débuter cette chronique, et je me suis dit qu’il valait mieux commencer d’entrée par un inévitable petit coup de gueule à l’intention de la maison d’édition, ou de quiconque est chargé du marketing.

J’ai obtenu ce Boucle d’or dans le cadre d’une promotion, où il était offert pour l’achat de deux autres contes interdits. Quelqu’un peut-il m’expliquer l’intérêt d’offrir un tome qui découle de Hansel et Gretel ? Pourquoi ne pas avoir offert celui-ci, plutôt ? D’autant que rien, absolument rien, n’indique à première vue qu’il faut lire les tomes dans un certain ordre ! Honnêtement, je ne félicite pas la personne qui a eu cette idée.

Déjà, le mot de l’auteur, au début, m’avait fait grincer des dents, mais j’avais osé croire que les références évoquées relèveraient surtout du clin d’œil, alors qu’il est clair qu’il s’agit d’une suite directe, avec la reprise d’éléments majeurs. Et même si, globalement, l’intrigue se comprend, on a quand même la désagréable impression d’avoir manqué un épisode conséquent.

Je n’ai pas apprécié cette histoire, d’une part à cause de cela, mais aussi pour d’autres raisons, notamment la première moitié du livre. Première moitié du livre que j’ai rapidement dû me résoudre à survoler sous l’effet de l’ennui qu’elle m’inspirait.

On se perd dans de longs paragraphes nébuleux qui croulent sous le poids des participes présents et des passages qui se répètent ou tournent en rond, à l’instar de la petite Boucle d’or… C’est d’autant plus long qu’on sent très vite venir le retournement de situation.

Et pire encore, c’est frustrant. J’avais entendu dire de ces contes interdits qu’ils étaient gores, noirs, ignobles, donc je m’attendais à être mise à mal par ma lecture, à me crisper, à être répugnée… Et en fait, rien du tout. Il faut attendre le milieu du livre pour qu’il se passe (enfin !) quelque chose, et quand l’horreur survient, je dois dire que je n’ai pas été spécialement choquée. À deux ou trois détails près et en dépit de descriptions un peu plus poussées, je n’ai pas trouvé cela beaucoup plus terribles que certaines scènes de L’Épouvanteur, qui est pourtant une saga jeunesse.

Je suis donc vraiment déçue par cette découverte des contes interdits, et j’espère que Pinocchio et Le petit chaperon rouge parviendront mieux à me séduire, sans quoi je n’insisterai sûrement pas avec cette série.

Note : 1.5 / 5

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Site Web créé avec WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :