Concevoir un site comme celui-ci avec WordPress.com
Commencer

La Lanterne de Nyx T.3 – Kan Takahama

Résumé

1878, Nagasaki. Après avoir importé des articles dernier cri d’Europe, Momotoshi veut maintenant se rendre à Paris pour y vendre des produits d’art et d’artisanat japonais. Au moment du départ, Miyo lui avoue enfin ses sentiments. Seulement, Momotoshi garde encore dans sa montre le portrait d’une belle femme aux yeux bleus…

Avis

Momo s’embarque pour Paris dans ce troisième tome de La Lanterne de Nyx. Juste avant son départ, Miyo lui révèle qu’elle est tombée amoureuse de lui, mais il ne répond pas à ses sentiments. Lui-même voue une véritable obsession à Judith, une célèbre actrice et prostituée parisienne.

Après avoir été conquise par les deux premiers tomes, eh bien, j’ai malheureusement déchanté avec celui-ci. Déjà, j’ai envie de dire… Où est Miyo ? C’est à peine si elle apparaît ! En fait, les passages qui se déroulent au Japon (car oui, elle reste au Japon, ne vous fiez pas à la couverture) se comptent sur les doigts de la main. Le manga nous embarque pour Paris, en laissant le décor et les personnages initiaux derrière lui, à l’exception de Momo.

Là-bas, le récit prend un tout autre ton, que je n’ai pas apprécié. Beaucoup trop axé sur la sexualité. Il y avait bien eu quelques allusions / évocations auparavant, mais là, c’est presque devenu le thème central. Corps nus, prostituées à l’ouvrage… On est bien loin de la candeur de Miyo !

En outre, je ne sais plus quoi penser de Momo. Il a l’air de continuer à se soucier d’elle, pourtant j’ai trouvé son attitude assez méprisable lorsqu’il la compare à un chat en riant aux éclats avec Victor (qui est également tombé dans mon estime).

Autant je trouvais les personnages de ce manga attachants, autant dans ce tome, c’est tout le contraire. Ils sont tous plus ou moins détestables, sauf peut-être Marie, même si je n’ai pas spécialement réussi à l’apprécier. Je suppose qu’on en apprendra davantage sur Judith par la suite, mais pour le moment, elle m’est aussi antipathique que Kurokawa.

Quant au chapitre bonus centré sur Kei Oura… Je vous renvoie ci-dessus, à ma remarque sur la sexualité. J’aurais préféré que la mangaka s’attarde davantage sur son ambition, son courage et ses idées que sur son atterrissage dans le lit du père de Momo.

Une déception, donc, accentuée par une couverture trompeuse à mon goût. Je vais essayer de trouver la suite d’occasion, afin de voir si je raccroche à l’histoire, mais je suis beaucoup moins pressée d’enchaîner les tomes que je ne l’étais jusqu’à présent.

Note : 3 / 5

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Site Web créé avec WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :