Les Carnets de l’Apothicaire T.1 – Hyuga Natsu / Ikki Nanao / Kurage Neko

Résumé

À 17 ans, Mao Mao a une vie compliquée. Formée dès son jeune âge par un apothicaire du quartier des plaisirs, elle se retrouve enlevée et vendue comme servante dans le quartier des femmes du palais impérial ! Entouré de hauts murs, il est coupé du monde extérieur. Afin de survivre dans cette prison de luxe grouillant de complots et de basses manœuvres, la jeune fille tente de cacher ses connaissances pour se fondre dans la masse. Mais, quand les morts suspectes de princes nouveau-nés mettent la cour en émoi, sa passion pour les poisons prend le dessus. Elle observe, enquête… et trouve la solution ! En voulant bien faire, la voilà repérée… Jinshi, haut fonctionnaire aussi beau que calculateur, devine son talent et la promeut goûteuse personnelle d’une des favorites de l’empereur. Au beau milieu de ce nid de serpents, le moindre faux pas peut lui être fatal !

Avis

Les Carnets de l’Apothicaire sont un seinen qui met en scène Mao Mao, une jeune fille formée à l’art des poisons dans le quartier des plaisirs. Après avoir été enlevée, elle est amenée à servir dans le harem impérial, où les nouveau-nés meurent les uns à la suite des autres. Rapidement, elle trouve la solution au problème.

Portée par l’engouement général et par ces magnifiques couvertures, je me suis plongée dans ce manga avec beaucoup d’attentes, et… Je crois qu’il va falloir qu’on m’explique les éloges dithyrambiques que j’ai pu lire jusqu’ici !

Bon, ce n’est que le premier tome, alors j’entretiens l’espoir que l’histoire se bonifie par la suite, mais en l’état, je suis plutôt déçue. Cette lecture commençait pourtant bien, avec Mao Mao qui se hisse au rang de dame de compagnie de l’une des favorites grâce à son savoir, mais c’est ensuite que tout s’est gâté à mon goût.

Déjà, il n’y a pas vraiment d’intrigue. Les chapitres sont très indépendants les uns des autres et, à l’exception du premier, n’ont pas d’impact sur les suivants. Par exemple, je n’ai pas compris tout ce battage autour des aphrodisiaques, ni pourquoi et à quelle fin a-t-on demandé à Mao Mao d’en préparer.

Je n’ai pas non plus réussi à m’attacher aux personnages. Ils sont assez immatures, surtout Mao Mao et Jinshi. Chaque fois qu’ils interagissent, le manga prend des airs de mauvais shojo, tandis qu’ils se tournent autour en sortant l’une les griffes, et l’autre tout son potentiel de séduction.

Je regrette le ton léger de ce manga, je m’attendais à quelque chose de plus sérieux, de plus profond, avec un réel fil conducteur, mais pour le moment, ce n’est pas le cas. J’ai le coffret, donc je verrai avec les tomes 2 et 3, mais si rien n’évolue d’ici là, je n’irai sûrement pas plus loin.

Note : 3 / 5

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Site Web créé avec WordPress.com.

Retour en haut ↑

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :