Concevoir un site comme celui-ci avec WordPress.com
Commencer

Les Sept Sœurs T.2 : La Sœur de la tempête – Lucinda Riley

Résumé

À la suite du décès inattendu de leur père, un milliardaire excentrique qui les a adoptées dans sept pays, Ally et ses soeurs se retrouvent dans la maison de leur enfance, un magnifique château situé sur les rives du lac de Genève. Deuxième de la fratrie, Ally a un tempérament tempétueux. Navigatrice professionnelle, elle est aussi musicienne à ses heures. Fragilisée par ce décès, Ally vit un nouveau drame qui la pousse à partir à la recherche de ses origines. Les indices que lui a laissé son père en guise d’héritage vont la mener au cœur des fjords sublimes de la Norvège. Les recherches mèneront Ally à Thom Halvorsen, l’arrière-arrière-petit-fils de Jens Halvorsen et d’Anna Landvik, un brillant compositeur et une merveilleuse chanteuse. Quel lien unit Ally à ce couple ? À travers un siècle d’histoire, découvrez le fabuleux destin de cette lignée de virtuoses et laissez-vous porter par la musique d’un concerto inoubliable qui fera le pont entre Ally et ses aïeux.

Avis

Ce second tome de la saga des Sept Sœurs met en scène La Sœur de la tempête, alias Ally. En mer lorsque son père adoptif décède, elle assiste par hasard à ses funérailles. De retour à Atlantis, la maison de son enfance, elle découvre les indices qu’il lui a laissés en héritage pour retrouver ses origines, mais elle décide de ne pas les suivre… jusqu’à ce qu’un nouveau drame se produise.

Autant j’ai trouvé le premier tome fluide et agréable à lire, malgré un manque d’originalité notable, autant j’ai cru que je ne viendrais jamais à bout de celui-ci !

Dès les premières pages, j’ai eu du mal à accrocher. J’ai trouvé la relation entre Ally et Théo trop rapide (et trop prévisible dans son déroulement), mais ensuite, le roman a commencé à s’étirer encore et encore, sans presque réussir à capter mon intérêt.

Je dirais qu’il y a trop de sous-intrigues, trop de rebondissements, et trop de personnages, dispensables pour certains. Lars, par exemple. Je ne pense pas que le livre aurait été différent sans lui, pourtant il y occupe une place assez conséquente. Quant à Théo, il m’a surtout fait l’effet de servir de tremplin à la quête des origines d’Ally, qui nous emmène cette fois en Norvège dans le monde de la musique.

Un point positif que je dois concéder à ce roman, c’est que son thème est vraiment exploité, là où je déplorais le traitement superficiel que Lucinda Riley avait accordé à l’opéra dans La belle Italienne. Malheureusement, cela n’aura pas suffi à me le faire apprécier.

L’histoire d’Anna m’a ennuyée, et j’irais même jusqu’à dire qu’elle m’a mise mal à l’aise. Je n’arrive pas à déterminer où commence la fiction et où s’arrête la réalité. Autant cela ne me dérange pas que l’on affabule autour de figures historiques qui ont vécu il y a des siècles, autant quand il s’agit de gens issus d’un passé plus récent, cela me gêne davantage.

En outre, je me demande comment Jens a pu avoir connaissance de certains éléments, ou en tout cas avoir l’audace de les évoquer dans une biographie où n’importe qui (à l’exception d’Ally) serait en mesure d’en tirer les conclusions qui s’imposent…

L’histoire de Pip est plus intéressante, elle se perd moins en digressions que celle d’Anna, et surtout elle est plus pertinente par rapport à la quête d’Ally.

En ce qui concerne celle-ci… Eh bien, je ne me suis pas plus attachée à elle qu’à Maia. Là où son aînée manquait pour moi d’un soupçon d’originalité, je trouve qu’Ally traverse trop vite et trop facilement les épreuves successives qui se dressent en travers de son chemin. Il lui en faut peu pour rebondir et déjà envisager de tourner la page.

Je regrette également, comme je l’avais déjà dit pour le premier tome, que la relation entre les sœurs ne soit pas plus approfondie. Elles n’interagissent quasiment pas entre elles, et même au-delà de ça, leurs liens ne sont pas spécialement mis en avant. J’espère que les deux prochains romans, centrés sur Star et CeCe, remédieront un peu à ce sentiment.

Néanmoins, je ne suis pas particulièrement pressée de m’y plonger. Comme je le redoutais, le schéma s’annonce très répétitif, or je ne suis pas attirée par la découverte des origines des sept sœurs, seulement par le mystère global, mystère qui semble se renforcer dans ce livre, mais je suppose qu’il faudra attendre la toute fin de la saga pour obtenir des réponses, réponses par lesquelles je crains d’être déçue.

Je conclurai cette chronique par une anecdote. J’avais comparé le premier tome aux Lettres de Rose de Clarisse Sabard… Eh bien, la comparaison me semble encore plus appropriée pour celui-ci. Ceux qui ont lu les deux romans comprendront aisément pourquoi.

Note : 3 / 5

Un commentaire sur “Les Sept Sœurs T.2 : La Sœur de la tempête – Lucinda Riley

Ajouter un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Site Web créé avec WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :