Concevoir un site comme celui-ci avec WordPress.com
Commencer

Ma petite maîtresse T.2 – Yuki Yoshihara

Résumé

Masayuki est particulièrement apprécié par les jeunes femmes de l’entreprise, ce qui rend Chôko particulièrement jalouse. Mais le pire survient lorsque la nièce du directeur utilise le chantage pour que Mayasuki se marie avec elle. Mis à contribution, le directeur explique à Mayasuki que s’il refuse, celui-ci sera renvoyé.

Avis

Chôko et Masayuki se rapprochent progressivement dans ce second tome de Ma petite maîtresse, même si le jeune homme a encore du mal à faire la distinction avec la fillette qu’il servait autrefois. De nouveaux personnages entrent également en scène.

À l’instar du premier tome, c’est… brouillon. Confus. Et grotesque. Brouillon parce que les scènes s’enchaînent toujours trop vite, en tombant comme un cheveu sur la soupe. Confus parce que les personnages disent et font tout et son contraire en l’espace de trois pages (on est clairement au-delà de l’ambivalence, là…). Et grotesque parce que…

Bon, je suppose qu’il y a des gens à qui ce genre d’humour doit plaire, mais pour ma part, rappeler toutes les dix pages que l’héroïne est vierge et faire des allusions à la sexualité de manière générale, je passe mon tour. S’il y a quelques passages qui prêtent quand même à sourire (Masayuki qui veut abattre son intenable patron, par exemple), le reste est au mieux lourd, au pire gênant.

Et après Suo, c’est au tour de Makié d’endosser le rôle de la prétendante. Vous voyez Brigitte McBridge, l’éternelle amoureuse éconduite de Balthazar Picsou qui refuse de lâcher l’affaire ? C’est elle, en pire. Makié n’hésite pas à user de chantage et de menaces pour obliger Masayuki à l’épouser, pourtant c’est lui qui se fait sans cesse taxer de « harassement sexuel ». Oui, oui, « harassement ». D’ailleurs, ce tome est tellement plein de coquilles que j’ai cessé de compter au bout d’un moment.

Je lui mets quand même la moyenne parce qu’il a le mérite de se lire vite et que j’ai réussi à sourire à quelques reprises, mais c’est un manga qui vole bas. Très bas. Et qui a l’air de creuser. Une chose est sûre, désormais, je ne dépasserai pas le troisième tome.

Note : 2.5 / 5

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Site Web créé avec WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :