Concevoir un site comme celui-ci avec WordPress.com
Commencer

Kiki la petite sorcière T.1 – Eiko Kadono

Résumé

Kiki rêve d’une vie normale : se faire des amies, s’habiller comme elle le veut, avoir l’insouciance de son âge… Mais la jeune fille n’est pas une adolescente comme les autres  ! L’année de ses 13 ans arrive et, comme pour toutes les sorcières, sa nouvelle vie est sur le point de commencer. À la fois excitée et nerveuse à l’idée du grand départ, Kiki enfourche son balai et met le cap loin, loin vers la mer… Aux côtés des habitants hauts en couleur de Koriko, un long voyage d’apprentissage démarre pour Kiki  !

Avis

À l’âge de treize ans, Kiki la petite sorcière est poussée par la tradition à quitter son foyer et ses parents pour s’établir dans une autre ville, en compagnie de son chat noir Jiji. Sur son balai volant, elle met le cap sur le bord de mer, où elle décide de monter une société de livraison.

Merci à Babelio et aux éditions Ynnis pour cet envoi. Fan de l’adaptation des studios Ghibli, je désirais lire ce livre depuis sa sortie en France. C’est un roman destiné à un très jeune public, mais qui devrait séduire tout lecteur en quête de douceur et de mignonnerie.

Il s’est néanmoins révélé un peu trop doux et mignon à mon goût. En fait, il m’a beaucoup rappelé un manga que j’ai lu récemment : Miriya et Marie, magiciennes à Paris. On y suit également une petite sorcière en apprentissage, accompagnée d’un chat, mais sans qu’il y ait de réelle intrigue.

Et c’est un peu le reproche que je ferai à Kiki. Je m’attendais à en apprendre plus sur les personnages, à découvrir plus en détail l’univers du film, or j’ai été déçue de ce côté-là. Si on en sait davantage sur le mode de vie et les caractéristiques des sorcières (ce que j’ai d’ailleurs apprécié), le reste est assez… superficiel.

Les personnages sont presque tous gentils, et c’est quasiment là leur seul trait de caractère. À l’exception d’Osono, aucun n’apparaît assez longtemps pour se démarquer réellement des autres, pas même Tombo. Quant à l’histoire, elle se compose de livraisons successives, sans transition entre elles la plupart du temps.

À bien y réfléchir, c’est aussi le cas dans la première partie du film, mais malheureusement, le roman souffre de la comparaison, ou plutôt de la difficulté de passer après la beauté et la poésie de l’œuvre de Hayao Miyazaki.

En somme, ce ne fut pas une lecture tout à fait à mon goût, mais qui plaira sûrement à ceux qui n’ont pas les mêmes attentes que moi. Merci encore pour ce service presse !

Note : 3 / 5

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Site Web créé avec WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :