Concevoir un site comme celui-ci avec WordPress.com
Commencer

Typos T.1 : Fragments de vérité – Pierdomenico Baccalario

Résumé

K-Lab, groupe ultra-puissant, domine la ville de Maximum City. Expert en désinformation, il manipule les faits au profit des pouvoirs en place. Une organisation clandestine résiste au discours officiel. Ses membres sont déterminés à mettre au jour un scandale humanitaire sans précédent. Mais leur ennemi est redoutable et le danger guette.

Avis

Dans ce premier tome de TyposFragments de vérité, quatre adolescents, Arlequin, Dusker, Gipsy et Morph, travaillent pour un journal clandestin, à leurs risques et périls. À travers lui, ils dévoilent des informations dissimulées ou maquillées aux yeux du reste du monde par le Labo. Lorsqu’un homme mystérieux entre en contact avec eux, ils sont peut-être sur le point de déterrer la plus grosse affaire sur laquelle ils ont eu à se pencher jusque-là…

En tant que fan inconditionnelle de Pierdomenico Baccalario, je ne pouvais décemment pas passer à côté de ce livre, et c’est à contrecœur que je dois avouer qu’il s’agit parmi toutes ses œuvres de celle qui m’a le plus déçue.

Le sujet était pourtant original, le thème et le genre s’éloignaient de ce à quoi il m’avait habituée, mais là où le bât blesse, c’est la façon dont cette histoire est exploitée. Elle est beaucoup, beaucoup trop rapide, et tous ses éléments ou presque sont sous exploités.
On ne sait par exemple quasiment rien des personnages principaux, si ce n’est qu’ils possèdent des facultés spéciales sur lesquelles on ne s’attarde pas vraiment (à part un peu celles de Morph et d’Arlequin, parce qu’elles sont plus fréquemment utilisées). Elles leur évitent juste d’être interchangeables, parce que ce n’est pas leur peu de caractère qui fait la différence.

Le scénario est quant à lui confus. Il est dans un premier temps très difficile de s’y retrouver à cause des nombreux bonds effectués d’une scène à l’autre, et les multiples changements de narrateur n’aident pas à garder le fil.

Il y avait pourtant de bonnes idées, et celle qui m’a le plus marquée est la question du bien et du mal. Les protagonistes eux-mêmes s’interrogent pour savoir si leur cause est juste, s’ils ont raison de se battre pour elle, sur les méthodes qu’ils emploient. Le souci, c’est que ce sujet, comme tous les autres, n’est pas assez développé.

Je dirais que c’est cela, le principal problème de ce roman : avoir voulu trop en faire, en trop peu de pages. Il en aurait fallu au moins le double pour introduire correctement le contexte et les personnages. C’est dommage, parce que la seconde partie est plutôt bonne, et surtout très sombre (ce qui explique sans doute pourquoi je l’ai appréciée).

J’espère que la suite continuera dans cette voie et se montrera un peu plus limpide que ce premier tome. Typos n’est pas dépourvu de qualités, mais elles sont malheureusement étouffées par ses défauts. J’attendrai d’avoir lu Poison noir pour me prononcer sur cette duologie.

Note : 3 / 5

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Site Web créé avec WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :