Concevoir un site comme celui-ci avec WordPress.com
Commencer

Bob Morane : La vallée infernale – Henri Vernes

Résumé

« Ses mains nerveuses, crispées sur les commandes, son visage osseux tendu en avant, mais sa large poitrine gonflée cependant par une sourde allégresse, Bob Morane pointait vers le ciel le nez de son appareil, tentant d’éviter le contact de la montagne. Cette lutte de l’homme et de l’avion unis pour former un seul être, lui rappelait l’époque où, Commander de la R.A.F., il menait son escadrille au combat. Mais à présent, au lieu d’un Spitfire, Morane pilotait un bimoteur de transport. Ses ennemis étaient la montagne et la jungle de Nouvelle-Guinée et il était seul à les affronter. Depuis sa plus tendre enfance, le Français avait possédé un goût marqué pour l’aventure, et cette vie dangereuse comblait aujourd’hui tous ses désirs… » Cette fois, Morane va être gâté : coups de théâtre incessants, péripéties innombrables, situations inextricables, la Vallée Infernale ne lui épargnera rien. Et Morane devra déployer toute sa force et toute son ingéniosité pour vaincre les obstacles que la nature et des hommes rusés ou sanguinaires ont dressés devant lui.

Avis

Bob Morane est une série d’aventures portée par le protagoniste éponyme, que tout le monde ou presque connaît au moins de nom… Vous savez, celui qui surgit face au vent, le vrai héros de tous les temps ! (Je plaide coupable si vous l’avez en tête pour le restant de la journée, ne me remerciez pas !)

Bob Morane, c’est un plaisir coupable. L’histoire ne vole pas haut, elle est manichéenne à l’excès, le personnage principal est l’archétype même du Gary-Sue, trop parfait, trop fort, trop intelligent (quoique, pas tellement, parce qu’il y a des rebondissements qu’on voit venir à des kilomètres, contrairement à lui) et qui s’en sort toujours à temps (promis, j’arrête bientôt)…

Rien que dans ce livre, il survit à des tribus anthropophages, à un face à face avec un requin ET un tueur (simultanément), à DEUX boas géants… C’est complètement tiré par les cheveux, et sa chance en devient vite ridicule, mais voilà, c’est le genre de récit dont on aime se moquer, et par conséquent, on continue à tourner les pages.

Le plus gros bémol, ce sont les coquilles, extrêmement nombreuses dans cette édition. Je vous conseille néanmoins cette lecture si vous avez envie de poser votre cerveau et de vous laisser dépayser par les contrées exotiques visitées par le protagoniste, car tel l’aventurier solitaire, Bob Morane est le roi de la Terre.

Note : 3.5 / 5

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Site Web créé avec WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :