Concevoir un site comme celui-ci avec WordPress.com
Commencer

Le Vagabond du roi – Michel Labonne

Résumé

Passionné dès son plus jeune âge pour l’architecture, Vauban a 17 ans lorsqu’il quitte sa région natale du Morvan pour aller guerroyer au sein des troupes de la Fronde. Ses stratagèmes et croquis attisent la curiosité de Mazarin qui lui propose de servir son roi, le jeune Louis XIV. Ingénieur et militaire respecté, il est aussi un homme engagé : amoureux d’une protestante, il alerte le roi sur les conséquences de l’édit de Nantes, en vain. Issu d’un milieu modeste, il lui soumet son projet d’un impôt plus juste et moins dur pour les paysans, en vain également. Alors, c’est illégalement qu’il fera paraître son livre La Dîme royale. Par égard pour ses états de service, le roi ne fait pas arrêter Vauban, qui finira sa vie dans son château de Bazoches dans le Morvan.

Avis

Le Vagabond du roi est un roman historique qui retrace la vie de Sébastien de Vauban, un ingénieur et architecte militaire de talent au service de Louis XIV, mais aussi un homme d’idées, qui avait à cœur le bien du royaume et surtout du peuple.

Merci à Babelio et aux éditions de Borée pour l’envoi de ce service presse. Je ne connaissais pas du tout cette figure historique qu’a été le marquis de Vauban, et cette œuvre m’aura permis de découvrir la sienne, qui a été considérable.

Je ressors néanmoins de ce livre avec un avis mitigé. Je l’ai trouvé très… répétitif. J’aurais pu mettre ce défaut sur le compte d’une reconstitution historique minutieuse (qu’y peut l’auteur si Vauban a enchaîné inlassablement la construction et l’aménagement de maintes places fortes ?), mais cet argument ne tient pas quand on sait (c’est admis dès les premières pages), qu’une grande partie de ce roman repose sur un élément fictif, à savoir Catherine.

On alterne donc citadelles et amour enflammé, amour enflammé et citadelles… Même les pensées de Vauban reviennent souvent en boucle (le fait qu’il ait été un père absent, son Morvan natal…) J’attendais presque avec impatience le moment où l’édit de Nantes serait révoqué, dans l’espoir que cela brise un peu la monotonie du récit, mais ce ne fut pas le cas.

À l’inverse, j’ai trouvé que l’auteur déployait trop d’efforts pour justifier l’inexistence historique de Catherine. Aucun document officiel écrit la concernant, aucune sépulture connue…

Ce n’est qu’un avis purement personnel, bien sûr, mais je n’ai pas puisé dans cette lecture l’envie d’étayer son sujet par des recherches personnelles, comme c’est le cas pour la plupart des romans historiques dans lesquels je me plonge. J’ai aussi eu un peu de mal avec le style de l’auteur, assez lyrique et contemplatif, mais qui plaira aux amateurs de ce genre de plume. À vous de voir si vous voulez vous laisser tenter par ce livre.

Note : 3 / 5

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Site Web créé avec WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :