Lémuria – Ménéas Marphil

Résumé

Une nuit, Angelette et Andry sont approchés par d’étranges lémuriens venus d’une autre dimension. Ils ne sont pas rassurants : « La planète est au bord du chaos parce que votre civilisation est lamentable ! » Seuls des enfants peuvent empêcher le désastre final. Ils proposent à Angelette et Andry une première épreuve : s’ils sont capables de réunir une centaine d’amis volontaires pour restaurer l’âge d’or de la Terre, ils les conduiront en Lémurie pour une extraordinaire mission…

Avis

Lémuria est un roman de fantasy jeunesse qui met en scène deux enfants, Angelette et Andry, qui se voient confier une mission de la plus haute importance par des lémurs, l’une des civilisations qui ont précédé l’humanité sur Terre, plus fréquemment appelée Gaïa.

Que dire de ce roman ? L’idée est intéressante, tout comme le message qu’elle véhicule, mais pour ce qui est du récit en lui-même… Aïe. Je vais être honnête, j’ai très vite décroché.

Les personnages n’ont aucun caractère, aucune profondeur. Angelette et Andry apparaissent de prime abord comme les protagonistes, mais ils sont surtout là pour rallier d’autres enfants à leur cause, et en moins de temps qu’il n’en faut pour le dire, ils se retrouvent au nombre de cent quarante quatre. Parmi tout ce petit monde, seule une poignée de personnages seront nommés, mais pas davantage développés, sauf peut-être Rajoa.

Quant aux rebondissements, ils s’enchaînent si vite que je n’ai pas eu le temps de les suivre. En fait, je me suis complètement embrouillée. J’ai d’abord cru que les cent quarante quatre devaient contribuer à sauver leur ère, mais en réalité, ce sont les enfants lémurs qu’ils secourent, ce qui semble n’avoir au final aucun impact sur le présent… Ils improvisent des plans au compte-goutte, au fur et à mesure qu’ils prennent conscience de leurs capacités magiques presque illimitées, qui leur permettent d’accomplir tout et n’importe quoi.

Le résumé fait mention d’une aventure abracadagascaresque, et je crois que c’est effectivement le mot, mais qui n’est à mes yeux pas un compliment. Arrivée au tiers du livre, j’ai renoncé à essayer de m’y retrouver, et c’est sans entrain que je l’ai terminé.

Dommage, parce qu’il y avait vraiment de l’idée (notamment avec l’ennemi qui est une caricature à peine voilée du nazisme), mais je n’ai pas du tout adhéré à la façon dont est traitée cette histoire.

Note : 1.5 / 5

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

Créer un nouveau site sur WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :