Concevoir un site comme celui-ci avec WordPress.com
Commencer

Le souffle des feuilles et des promesses – Sarah McCoy

Résumé

Hallie Erminie, issue d’une famille de planteurs du Kentucky, est une jeune femme de caractère. À New York, où elle s’est mis en tête de trouver un éditeur qui publierait son premier roman, elle fait la connaissance de Post Wheeler, un journaliste célibataire et fier de l’être. Sous des abords arrogants et rustres, il est en fait d’une compagnie agréable. Tous deux discutent à bâtons rompus de la vie culturelle new-yorkaise, bouillonnante en cette fin de XIXe siècle, et s’attachent l’un à l’autre sans oser se l’avouer. Malheureusement, quand Post part pour l’Alaska du jour au lendemain, la possibilité d’une histoire d’amour s’évanouit. Commence alors un chassé-croisé, des États-Unis à l’Italie en passant par l’Angleterre et la France. À chacune de leurs rencontres, les sentiments des deux jeunes gens ne font que croître. Le destin les réunira-t-il enfin ?

Avis

Le souffle des feuilles et des promesses est un roman retraçant la vie de Hallie Erminie Rives, une romancière native du Kentucky qui a rencontré le succès grâce à ses livres sulfureux, et de son collaborateur et ami (et plus si affinités), Post Wheeler.

Il m’aura fallu attendre le milieu de l’œuvre pour la soupçonner d’être inspirée d’une histoire vraie, et malheureusement, ce n’est pas pour une bonne raison que j’en suis arrivée à cette conclusion.

Je me suis ennuyée à la lecture. En fait, il ne se passe pas grand-chose dans ce roman, j’ai surtout eu l’impression de lire les péripéties sans réelle envergure de deux personnes somme toute relativement ordinaires. De ce fait, j’ai commencé à m’interroger sur la pertinence d’une telle histoire.

Après avoir eu confirmation de l’existence des deux protagonistes, j’ai compris que l’auteur avait voulu reconstituer leur relation à travers son ouvrage, mais hélas, cela ne l’a pas rendu plus passionnant à mes yeux.

Je n’ai pas trouvé les personnages attachants. Alors, je me doute bien que Sarah McCoy n’allait pas rajouter des rebondissements qui n’avaient pas lieu d’être juste pour captiver davantage le lecteur, mais tout m’a semblé être trop facile. Ses héros ne rencontrent quasiment aucune difficulté dans leur vie, à l’exception de celles qu’ils s’imposent eux-mêmes à travers leur jeu de chat et de souris.

Même la ruée vers l’or du Klondike, qui est une période dont je suis assez familière (et friande) grâce à de précédentes lectures, m’est apparue comme une simple promenade de santé, bien loin de la dureté dépeinte dans des œuvres telles que L’Appel de la forêt ou La Jeunesse de Picsou.

En conclusion, si vous voulez découvrir la vie de Hallie Erminie Rives et de Post Wheeler, lisez ce livre, mais si vous cherchez une histoire palpitante, je vous la déconseille, elle est trop plate à mon goût.

Note : 2.5 / 5

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Site Web créé avec WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :