Je vais bien, ne t’en fais pas – Olivier Adam

Résumé

Une autre lettre de Loïc. Elles sont rares. Quelques phrases griffonnées sur un papier. Il va bien. Il n’a pas pardonné. Il ne rentrera pas. Il l’aime. Rien d’autre. Rien sur son départ précipité. Deux ans déjà qu’il est parti. Peu après que Claire ait obtenu son bac. De retour de vacances, il n’était plus là. Son frère avait disparu, sans raison. Sans un mot d’explication. Claire croit du bout des lèvres à une dispute entre Loïc et son père. Demain, elle quittera son poste de caissière au supermarché et se rendra à Portbail. C’est de là-bas que la lettre a été postée. Claire dispose d’une semaine de congé pour retrouver Loïc. Lui parler. Comprendre.

Avis

Je vais bien, ne t’en fais pas est un court roman écrit par Olivier Adam. L’histoire est celle de Claire, une jeune femme dont le frère, Loïc, s’est volatilisé. Désespérée, elle n’a plus goût à rien et sombre dans l’anorexie, jusqu’à ce que des lettres de son cadet commencent à lui parvenir.

J’avais essayé de lire ce roman il y a quelques années, avant de voir le film pour la première fois, mais le style m’avait un peu refroidie et je n’avais pas insisté. J’ai finalement décidé de lui accorder une seconde chance, car j’aime vraiment beaucoup l’adaptation cinématographique, et je tenais à découvrir la version littéraire, mais malheureusement, ma première impression ne m’avait pas trompée.

Le style est vraiment… particulier. J’aurais pu comprendre cet aspect « liste de course » et phrases succinctes qui s’enchaînent sur un ton monocorde si cela avait eu pour but de mettre en avant le morne quotidien de Claire, et sa volonté de proscrire tout sentiment de sa vie afin de se protéger de la douleur causée par la disparition de son frère, sauf que l’écriture n’évolue jamais, ni dans les moments tendres avec ses parents, ni lors des passages mélancoliques où elle évoque le souvenir de son cadet.

Je ne pensais pas dire cela un jour, mais le film est bien plus complet que le livre. Les émotions sont mieux perceptibles, tout comme l’évolution du personnage de Claire, alors que dans le roman, même la révélation finale semble tomber comme un cheveu sur la soupe. Tout est si bref, si peu creusé, que je me demande d’ailleurs si je ne serais pas passée à côté de certains points de l’intrigue si je n’avais pas vu le film au préalable.

Je n’ai rien ressenti à la lecture, si ce n’est que j’ai été rebutée par la crudité de certaines scènes qui m’ont principalement donné l’impression d’avoir affaire à un lot de personnages en rut… Pour l’attachement, on repassera. Seul Julien fait exception, mais son arrivée est si brusque, et la fin si proche, qu’il est là encore difficile de l’apprécier.

Je ne dirais pas que ce livre est une grosse déception, parce que j’étais déjà réticente au moment de me lancer, mais une chose est certaine, je ne le recommanderai pas. L’histoire est intéressante, mais oubliez le roman et jetez-vous plutôt sur le film, à l’inverse très bon !

Note : 2.5 / 5

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

Créer un nouveau site sur WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :