Nostalgia – Jonathan Buckley

Résumé

En été, Castelluccio, une petite ville de Toscane, se prépare à la grande fête populaire en l’honneur de Zénon, son saint patron. Avant les joutes de tir à l’arbalète,un peintre anglais, Gideon Westfall, exilé depuis de nombreuses années, incarne, lors d’un défilé costumé, le personnage central de l’histoire de la ville. Gideon, passionné par la Renaissance, voue une obsession pour son art, souvent incompris et violemment critiqué. Il réfute toute forme de modernité. Un jour, peu avant l’arrivée de Claire, sa nièce, Ilaria, son modèle favori, une jeune femme rebelle et un peu sauvage disparaît. Inévitablement, Gideon est interrogé, soupçonné.Chaque chapitre est subdivisé en douze sections. Alternant de manière constante entre le passé et le présent, cette oeuvre de fiction structurée comme une symphonie, entrelace des récits qui touchent à l’histoire, à l’art ou encore à l’architecture.

Avis

Nostalgia est un roman de Jonathan Buckley qui narre l’histoire de Castelluccio, un petit village fictif de Toscane où s’est établi le peintre Gideon Westfall. Merci aux éditions Le Castor Astral et à Babelio pour cet envoi.

Hélas, je termine la lecture de ce livre avec un avis aussi mitigé que perplexe… Peut-être suis-je passée à côté de ce que l’auteur cherchait à transmettre à travers son œuvre, mais bon sang que ce fut long ! Pas inintéressant, mais long !

Et pourtant, il y a du très bon. La relation des trois personnages principaux (Gideon, son assistant Robert et sa nièce Claire qui fait plus ou moins sa connaissance) est plaisante à suivre, de même que toutes les questions qui tournent autour de l’art, du talent, de ce qu’il est pertinent de représenter ou non, du modernisme, de l’abstrait… J’ai beaucoup aimé les réflexions que le roman soulève à ce sujet.

En revanche, je l’avoue, j’ai survolé des passages, notamment ceux qui semblaient tout droit sortis d’une encyclopédie. Je n’en ai pas compris l’intérêt. Il en va aussi de tous les détails « historiques » concernant la ville de Castelluccio. Autant je ne peux que féliciter l’auteur pour avoir su créer une cité entière et son passé sur plusieurs siècles, autant j’ai totalement décroché avant d’arriver au milieu du livre.

Je me suis perdue avec les personnages du présent, avec ceux du passé, j’ai mélangé les évènements auxquels ils étaient associés, les liens qui les unissaient, les générations auxquelles ils appartenaient… Bref, j’étais relativement déconnectée dès lors que le roman s’écartait du triangle principal.

Je pense que le problème réside dans le fait que l’auteur a voulu en faire trop, au point que son histoire devienne véritablement étouffante. Et c’est dommage, parce qu’il y a vraiment des éléments que j’ai appréciés, qui sont même passionnants, mais cela ne change malheureusement rien au fait que les trois quarts de la lecture m’ont paru soporifiques.

Note : 2.5 / 5

Un commentaire sur “Nostalgia – Jonathan Buckley

Ajouter un commentaire

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

Créer un nouveau site sur WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :