L’amie prodigieuse T.1 – Elena Ferrante

Résumé

« Je ne suis pas nostalgique de notre enfance : elle était pleine de violence. C’était la vie, un point c’est tout : et nous grandissions avec l’obligation de la rendre difficile aux autres avant que les autres ne nous la rendent difficile.» Elena et Lila vivent dans un quartier pauvre de Naples à la fin des années cinquante. Bien qu’elles soient douées pour les études, ce n’est pas la voie qui leur est promise. Lila abandonne l’école pour travailler dans l’échoppe de cordonnier de son père. Elena, soutenue par son institutrice, ira au collège puis au lycée. Les chemins des deux amies se croisent et s’éloignent, avec pour toile de fond une Naples sombre, en ébullition.

Avis

L’amie prodigieuse est le premier tome de la tétralogie écrite par Elena Ferrante. Elle met en scène un personnage éponyme, qui relate son histoire et surtout son amitié particulière avec Lila, une fille de son âge qu’elle côtoie depuis l’enfance.

La lecture de ce roman s’engageait très mal. Pendant quelques dizaines de pages, je me suis demandé où j’avais mis les pieds (ou plutôt les yeux), parce que j’avais l’impression de ne voir défiler qu’une succession de tribulations enfantines et d’anecdotes triviales, pas très passionnantes.

Et puis, de fil en aiguille, je me suis laissé happer par l’univers du « quartier », par le quotidien de Lenuccia et de Lila… J’ai cru voir que beaucoup de gens avaient eu un peu de mal avec cette dernière, mais pour ma part, je l’ai vite appréciée. À la manière de Lenuccia, j’ai été fascinée par son caractère énigmatique, insaisissable… Chaque fois qu’on pense l’avoir cernée, elle dévoile une facette bien différente de sa personnalité.

Elle m’a néanmoins déçue dans la dernière partie du livre, où j’ai justement eu le sentiment qu’elle perdait ce caractère insaisissable pour devenir beaucoup plus terre à terre. Elle rentre dans un moule dont elle avait jusque-là semblé être la plus éloignée. Tout comme Lenuccia, ses choix et son attitude m’ont rendue perplexe, et j’espère que le prochain tome en dévoilera davantage concernant la psychologie de Lila, d’autant que le rebondissement final ne restera sans doute pas sans conséquence.

Le point fort de cette histoire est sans aucun doute l’étrange amitié qui lie les deux protagonistes entre elles, une relation à la fois profonde et malsaine. Il y a de la jalousie, de la possessivité, de la rivalité, mais également de la sincérité dans les sentiments que Lenuccia ressent pour Lila.

La plume de l’auteur est quant à elle agréable, elle nous transporte complètement dans l’atmosphère du Naples des années 50. En revanche, le nombre excessif de personnages m’a perdue à maintes reprises. À moins de revenir sans cesse à la liste située en début de livre, je m’embrouillais dans les identités, d’autant que certains prénoms sont assez proches (Antonio/Alfonso, Nino/Rino/Gino…)

En somme, je dirais qu’il s’agit d’une bonne lecture, malgré l’ennui que j’ai éprouvé au début et ma perplexité à l’approche de la fin, qui me pousse surtout à aller lire la suite. Ne vous laissez pas décourager par les premiers chapitres : les suivants en valent la peine !

Note : 4 / 5

Un commentaire sur “L’amie prodigieuse T.1 – Elena Ferrante

Ajouter un commentaire

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

Créer un nouveau site sur WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :