Désolée, je suis attendue – Agnès Martin-Lugand

Résumé

Yaël ne vit que pour son travail. Brillante interprète pour une agence de renom, elle enchaîne les réunions et les dîners d’affaires sans jamais se laisser le temps de respirer. Les vacances, très peu pour elle, l’adrénaline est son seul moteur. Juchée sur ses éternels escarpins, elle est crainte de ses collègues et ne voit quasiment jamais sa famille et ses amis qui s’inquiètent de son attitude. Peu importe les reproches, elle a simplement fait un choix, animée d’une farouche volonté de réussir. Mais le monde qu’elle s’est créé pourrait vaciller face aux fantômes du passé…

Avis

Désolée, je suis attendue est un roman contemporain dans lequel l’héroïne, Yaël, se consacre corps et âme à son travail, au point d’en négliger non seulement ses amis et sa famille, mais aussi sa propre santé. Alors qu’elle est sur le point de franchir la ligne rouge, une connaissance ressurgit du passé…

J’avais entendu beaucoup de bien de l’auteur, aussi quand j’ai aperçu ce livre à Noz, je n’ai pas hésité une seule seconde à le prendre. Je ne savais pas exactement dans quoi je m’engageais, et le moins que je puisse dire, c’est que je n’en ressors pas séduite.

Pas que le roman soit mauvais, mais je crois que je ne suis tout simplement pas faite pour ce genre d’histoire. C’est typiquement l’un de ces récits où l’on sait à l’avance comment il va se terminer, mais où le dénouement est retardé par des personnages qui donnent l’impression de se créer leurs propres problèmes.

À cause de cela, j’ai eu du mal à me laisser convaincre par les « épreuves » qu’ils traversent. Marc, le grand ami de Yaël (et plus si affinités), disparaît du jour au lendemain, pour une raison passablement discutable qu’il choisit bien évidemment de ne pas évoquer avec sa bande de copains. Voilà qui annonce la couleur pour la suite : celle d’un gros manque de communication.

On pourrait d’ailleurs simplifier l’histoire ainsi : des personnages qui, majoritairement, ne se comprennent pas, ne s’écoutent pas, et ne font presque aucun effort. À l’exception d’Alice, la sœur de Yaël, qui joue un rôle majeur, le reste du groupe est négligeable, et sert surtout à mettre en avant l’égoïsme de l’héroïne, ainsi que son obsession pour son travail.

Quant à Marc, on sait évidemment à quoi s’en tenir dès qu’il réapparaît dans la vie de Yaël. Une romance, oui, mais ponctuée de disputes, de séparations et de réconciliations, parce qu’il faut bien qu’il y ait des rebondissements.

En plus de cela, les personnages m’ont paru incohérents, par moments. D’ailleurs, Yaël le souligne elle-même, au cours d’un échange avec son patron : il l’encourage à avoir une vie privée, mais jusque-là, il semblait plutôt la désapprouver (quand elle essaye de partir de bonne heure, quand il l’oblige à venir plus tôt que ce qu’elle propose…)

Bref, vous aurez compris, je n’ai pas vraiment accroché à ce roman. Je ne le déconseille pas, il a son public et continuera probablement à combler des lecteurs, mais je ne me compte hélas pas parmi ceux-là.

Note : 3 / 5

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

Créer un nouveau site sur WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :