Les ombres de Malévie T.1 : Le renégat – Mary Elise

Résumé

Katerina est une jeune Malévienne de dix-sept ans, orpheline de père. Sa mère et elle survivent comme elles peuvent au régime dictatorial de la Vojska, qui fait régner sur le pays terreur et pauvreté, tandis que se tapit dans l’ombre un ennemi plus dangereux encore, Sergei Grekov.
Devenue sa proie après une rencontre hasardeuse, Katerina doit fuir pour sauver sa vie. Elle n’a aucun endroit où aller et une seule personne peut lui apporter de l’aide, un inconnu dont elle ne connaît que le prénom. Nikolaï.

Avis

Voici un article un peu spécial, puisque pour une fois, je ne vais pas chroniquer une lecture, mais vous parler d’écriture, et plus précisément de mon nouveau roman.

Le renégat est le premier tome d’une duologie intitulée Les ombres de Malévie. L’histoire se déroule dans un pays inventé d’Europe de l’Est, où la population est soumise à la dictature du général Sezlak et de son armée, la redoutable Vojska.

La principale protagoniste, Katerina Masaryk, est une lycéenne plutôt brillante, qui vit seule avec sa mère. À cause de l’arrestation injustifiée de son père, qui a eu pour conséquence sa mort, elle voue une haine farouche à la Vojska.

Celle-ci est occupée à traquer Sergei Grekov, un dangereux criminel, mais c’est Katerina qui, plus ou moins par hasard, se retrouve confrontée à lui. Sa vie bascule alors, car elle devient sa proie, et au fil de ses ennuis, elle va faire la connaissance de deux autres personnages.

Nikolaï est un jeune homme rude et secret, qui se considère comme l’ennemi juré de Grekov. Quand Katerina voit ses chances de survie diminuer considérablement, c’est vers lui qu’elle décide de se tourner, afin de lui demander de l’aide.

Quant à Mira, il s’agit d’une petite fille de neuf ans, internée dans un hôpital psychiatrique à cause des facultés dont elle dispose. En plus de posséder une intelligence et une maturité remarquables pour son jeune âge, elle est capable de percevoir l’esprit des gens et lit dans celui de Katerina comme dans un livre ouvert. Elle va lui être d’une aide précieuse pour échapper à la Vojska et tenter de démêler l’histoire dans laquelle elle se retrouve malgré elle impliquée.

Le renégat est une œuvre très sombre, où la violence et la mort sont omniprésentes, et où des ennemis peuvent surgir à tout moment. Par conséquent, j’imagine qu’il est de mon devoir de le déconseiller aux âmes sensibles.

J’espère de tout cœur que ce roman vous plaira, et si vous le lisez, n’hésitez pas à donner votre avis. Dans tous les cas, merci d’être passé par là !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :