Concevoir un site comme celui-ci avec WordPress.com
Commencer

La dernière chanson – Nicholas Sparks

Résumé

À l’âge de 17 ans, la vie de Veronica Miller, alias « Ronnie », est bouleversée par le divorce de ses parents et le départ soudain de son père, qui abandonne New York pour la Caroline du Nord. Elle lui en veut vraiment et refuse de le voir depuis la rupture… Jusqu’au jour où, trois ans plus tard, sa mère décide de l’envoyer passer un été avec lui, espérant une réconciliation. Le père de Ronnie, ancien pianiste et professeur, mène une vie paisible en bord de mer où il se consacre à la confection d’une oeuvre d’art. Dès son arrivée, Ronnie se rebelle et menace de partir. Mais bientôt, elle fait la connaissance de Will, un jeune homme du village, qui va faire chavirer son cœur. Baissant sa garde, va-t-elle enfin réussir à s’ouvrir au bonheur ?

Avis

Dans La dernière chanson, Ronnie, une adolescente rebelle, est contrainte de passer l’été chez son père, à qui elle n’a pas adressé la parole depuis qu’il a quitté sa famille, trois ans plus tôt.

La première partie m’a laissé un avis très mitigé. L’histoire possède quatre narrateurs et les changements sont d’abord assez brutaux. On alterne entre Ronnie, son père, Will et Marcus (dont le point de vue est probablement dispensable) et il faut du temps pour prendre ses marques avec tout ce petit monde.

La narration est très familière, parfois même à l’excès. L’auteur (ou le traducteur) a sans doute voulu rendre le texte beaucoup plus réaliste, comme des adolescents s’exprimeraient à l’oral, mais à l’écrit, c’est très déstabilisant, pour ne pas dire parfois très lourd, à l’image de tous ces « OK ? » qui ponctuent les dialogues.

Inutile de le nier, les personnages sont, quant à eux, assez clichés. L’adolescente rebelle-mais-en-fait-non, le jeune homme qui possède toutes les qualités imaginables, l’ex profondément superficielle, l’antagoniste qui souligne le côté manichéen de l’histoire… Il n’y a que Blaze/Galadriel que j’ai eu beaucoup de mal à cerner, mais pas dans le bon sens du terme. Elle présente presque tout du long sa mère comme un être indigne, alors que celle-ci apparaît finalement comme quelqu’un de bien et d’attentionné, sans plus d’éclaircissements de ce côté-là.

Comme dit plus haut, la première partie n’est pas la plus intéressante. Tout est trop simple. Si la relation qu’entretient Ronnie avec son frère est plutôt agréable, sa réconciliation avec son père survient beaucoup trop facilement. Pareil pour la romance avec Will, qui démarre très vite.

La seconde moitié de l’histoire est beaucoup moins décevante. La révélation concernant l’état de santé de Steve (bien qu’il soit facile de l’anticiper) marque le renversement du roman. Les sentiments sont par la suite beaucoup plus creusés et on se laisse vraiment porter par l’émotion, ce qui n’était pas le cas avant.

Les agnostiques tels que moi seront peut-être un peu rebutés par les longs discours portant sur le divin, mais seront touchés par le chagrin de Ronnie lorsqu’elle apprend la vérité. La culpabilité, les regrets, l’envie de profiter des derniers instants… Tout est décrit avec une sincérité et une justesse appréciables, sans sombrer dans le pathos.

La dernière chanson est donc un livre qui peut sembler un peu naïf, pour ne pas dire mièvre, dans sa première partie, mais qui gagne en richesse et en profondeur par la suite, et le rend nettement plus agréable. C’est pourquoi je conseille à ceux qui le liront de ne pas arrêter leur lecture en chemin, au cas où l’envie leur en prendrait, car ils risquent de rater ce que cette œuvre a de meilleur à offrir.

Note : 3.5 / 5

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Site Web créé avec WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :